menu.jpg


 
Nom du Livre (Cheval Blanc)
 
Référence A value is required.Invalid format.
 
 
 
Cheval Blanc 1. Dans Jean, la Parole (1), quant au sens spirituel ou interne, est décrite ainsi dans l'Apocalypse: «Je vis le Ciel ouvert, et voici, un cheval blanc, et Celui qui était monté dessus est appelé Fidèle et Véritable, et en justice il juge et combat. Ses Yeux, comme une flamme de feu; et sur sa Tête, beaucoup de Diadèmes; ayant un Nom écrit que personne ne connaît que Lui-même; et revêtu d'un vêtement teint de sang; et s'appelle son Nom: La parole de dieu. Et les Armées qui (sont) dans les cieux Le suivaient sur des Chevaux blancs, vêtues de fin lin blanc et net. Et il a, sur son vêtement et sur sa cuisse, Nom écrit: ROI DES ROIS ET SEIGNEUR DES SEIGNEURS.» — XIX. 11, 12, 13, 14, 16 (2). Ce qu'enveloppe chacune de ces choses, on ne peut le savoir que d'après le sens interne; il est évident que toutes, sans exception, sont des Représentatifs et des Significatifs (3), à savoir, le Ciel ouvert, le Cheval Blanc, Celui (1) La Parole (Verbum) désigne ici l'Écriture Sainte, la Parole de Dieu inspirée. Le même substantif neutre est utilisé dans la traduction latine du Prologue de l'Évangile de Jean pour traduire le mot grec Logos: «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » (Jn 1.1). (2) Traduction littérale de Le Boys des Guays. Les majuscules, présentes dans le texte de Swedenborg, attirent l'attention sur les substantifs qui comportent un sens spirituel. (3) Représentatifs et Significatifs. Représentatifs (repraesentativum, neutre singulier): images, personnages, situations à interpréter non seulement en fonction de ce qu'ils sont sur la terre, mais en fonction de leur correspondance dans les mondes invisibles. Significatifs (significativum, neutre singulier): signification intérieure d'un mot, alors que le terme de représentatif s'applique à une scène, un personnage. Swedenborg écrit à ce sujet dans les «Arcanes Célestes» (voir la note suivante): «Tout significatif, qui est dans la Parole, tire son origine des Représentatifs dans l'autre vie, et les représentatifs tirent leur origine des correspondances, parce que le monde naturel existe d'après le monde spirituel » (AC 6048). «Les historiques de la Parole sont des représentatifs, et les mots sont des significatifs» (d'après AC 1540, 1659, 1709, 1783, 2686). Les historiques signifient les événements et récits qui appartiennent à l'histoire, par exemple la vie d'Abraham et tous les évènements postérieurs de l'Histoire Sainte. qui était monté dessus jugeant et combattant en Justice, ses yeux comme une flamme de feu, beaucoup de diadèmes sur sa tête, le Nom que nul autre que Lui ne connaît, le vêtement teint de sang et dont il était revêtu, les Armées qui sont dans les Cieux et qui Le suivaient sur des Chevaux Blancs, vêtues de fin lin blanc et net, et le Nom écrit sur son vêtement et sur sa cuisse. Il est dit ouvertement que c'est la Parole, et que c'est le Seigneur qui est la Parole, car il est dit: «Son Nom s'appelle la parole DE dieu», et ensuite: «I/ a, sur son vêtement et sur sa cuisse, Nom écrit: Roi des rois et seigneur des seigneurs.» D'après l'interprétation de chaque mot il est évident qu'ici la Parole est décrite quant au Sens Spirituel ou Interne: Le Ciel ouvert, représente et signifie que le sens interne de la Parole est vu dans le Ciel, et par suite dans le Monde par ceux auxquels le Ciel est ouvert. Le Cheval qui est Blanc, représente et signifie l'entendement de la Parole quant à ses intérieurs; que le Cheval Blanc ait cette signification, on le verra dans la suite. Celui qui était monté dessus, c'est le Seigneur quant à la Parole, ainsi la Parole; cela est évident, car il est dit: Son Nom s'appelle la Parole de Dieu. Il est appelé Fidèle et jugeant en justice, d'après le Bien, et il est appelé Véritable et combattant en justice, d'après le Vrai, car le Seigneur Lui-même est la Justice. Ses yeux comme une flamme de feu, signifient le Divin Vrai d'après le Divin Bien de son Divin Amour. Sur sa tête beaucoup de diadèmes, signifie tous les biens et tous les vrais de la foi. Ayant un Nom écrit que personne ne connaît que Lui-Même, signifie que nul autre que Lui et celui à qui II le révèle ne voit quelle est la parole dans le sens interne. Revêtu d'un vêtement teint de sang, signifie la Parole dans la lettre, à laquelle il a été fait violence, Les Armées dans les Cieux qui Le suivaient sur des Chevaux blancs, signifient ceux qui sont dans l'entendement de la Parole quant aux intérieurs; vêtues de fin lin blanc et net, signifie les mêmes dans le vrai d'après le bien. Le Nom écrit sur son vêtement et sur sa cuisse, signifie le bien et le vrai et leur qualité. D'après ces choses et d'après celles qui précèdent et celles qui suivent, il est évident que, là, il est prédit que vers le dernier temps de l'Église le Sens spirituel ou interne de la Parole serai ouvert; or, ce qui doit arriver alors y est aussi décrit, Vers. 17, 18, 19, 20, 21. Que ces choses soient signifiées par ces paroles, il n'est pas besoin de le montrer ici, puisque chacune de ces choses a été montrée dans les arcanes célestes (4), par exemple, que (4) Arcanes Célestes. Le traité des Arcanes Célestes a été écrit par Swedenborg de 1748 à 1756. Il est principalement consacré à l'étude des deux premiers livres de l'Ancien Testament, la Genèse et l'Exode. Il en décrit minutieusement le sens spirituel de chaque mot et de chaque verset. Swedenborg s'appuie, dans ses explications, sur de nombreux versets tirés de l'ensemble de l'Ancien et du Nouveau Testament. Les Arcanes Célestes comportent 10837 paragraphes ou plutôt subdivisions. La reproduction en note des passages de chaque n° des Arcanes Célestes cité dans le Cheval Blanc aurait pu intéresser le lecteur, mais elle n'a pas semblé possible, car il y a le Seigneur est la Parole, parce qu'il est le Divin Vrai (5), nos 2533, 2803, 2894, 5272, 7678. Que la Parole est le Divin Vrai, nos 4692, 5075, 9987. Qu'il est dit monté sur un Cheval, jugeant et combattant en Justice, parce que le Seigneur est la Justice (6); que le Seigneur est appelé Justice, parce qu'il a sauvé le Genre humain par sa propre puissance, nos 1813, 2025, 2026, 2027, 9715, 9809, 10019, 10152; et que la Justice est le Mérite (7) qui appartient au Seigneur Seul, nos 9715, 9979. Que les Yeux comme une flamme de feu signifient le Divin Vrai d'après le Divin plus de mille citations des A C et près de deux cents d'un autre ouvrage: Ciel et Enfer, publié la même année que le Cheval Blanc (1759). A titre d'exemple, voici des extraits des cinq premiers numéros cités, pour illustrer l'affirmation (voir note suivante): «Le Seigneur est la Parole, parce qu'il est le Divin Vrai ». A C 2533 (à propos de Gn 20. 7)... lorsqu' Abraham, qui représente le Seigneur dans cet état, est appelé homme, il signifie le Céleste Vrai, qui est la même chose que la Doctrine procédant d'une origine céleste... A C 2803. Le Divin Vrai est le Fils, et le Divin Bien est le Père; on peut le voir par la signification du fils, en ce qu'il est le Vrai, et par celle du père en ce qu'il est le Bien; puis par la conception et la naissance du Vrai, en ce qu'il procède du Bien; le Vrai ne peut être et ne peut exister que par le Bien, comme il a été plusieurs fois expliqué: ici, si le Fils est le Divin Vrai et le Père le Divin Bien, c'est parce que l'union de l'Essence Divine avec l'Essence Humaine, et de l'Essence Humaine avec l'Essence Divine, est le Mariage Divin du Bien avec le Vrai et du Vrai avec le Bien, d'où procède le Mariage Céleste. A C 2894 (qui cite Jn I. 1 - 14) ... le Sens Interne enseigne que c'est le Seigneur, quant au Divin Humain, qui est entendu par la Parole... A C 5272 (à propos de Gn 41. 28)... Quant au mot Parole, dans la Langue originale, il exprime une chose, de là aussi la révélation Divine est nommée Parole, et il en est de même du Seigneur dans le sens suprême; et quand la parole se dit du Seigneur, et aussi de la révélation faite par le Seigneur, elle signifie, dans le sens le plus proche, le Divin Vrai par lequel existe tout ce qui est une chose... A C 7678 (à propos de Ex 10. 13)... La Puissance divine qui est décrite par la main de Moscheh (= Moïse) est la puissance du Vrai Divin... il y a même dans le Divin Vrai qui procède du Divin Bien une telle puissance, que par lui ont été créées toutes les choses qui sont dans l'Univers; la Parole signifie ce Vrai dans Jean: Dans le commencement était la Parole... toutes choses par Elle ont été faites Jn 1. 1 et 3); c'est de là que des miracles ont été faits par Moscheh, car Moscheh représente le Divin Vrai... (5) Le Divin Vrai (divinum Verum): La Vérité même, en quelque sorte la Lumière céleste, l'auteur de toute la création, le Fils dans l'expression trinitaire de Dieu (A C 3704) — Voir les citations des Arcanes Célestes ci-dessus. (6) la Justice (Justifia) — Qualité divine qui résulte de l'amour du Seigneur envers les hommes. « On croit que le Seigneur est devenu la Justice parce qu'il a accompli toutes les choses de la loi, et que par leur accomplissement, il a délivré le genre humain d\»joug de la loi, ainsi de la damnation; mais il est devenu la Justice par la "subjugation" des enfers, par la remise des cieux en ordre et par la "glorification" de son humain; car, par cette glorification, il s'est mis en pouvoir de subjuguer à éternité les enfers par son Divin Humain, et de tenir les cieux en ordre, et ainsi de régénérer l'homme, c'est-à-dire de le délivrer des enfers et de le sauver » A C 10239 (voir plus loin la note 51 sur la subjugation et la note 41 sur la glorification, au niveau du début des n° 9 et 14 du Cheval Blanc). (7) Le Mérite (Meritum) s'entend communément de la rémunération qu'espèrent les hommes en échange de leurs bonnes actions. Swedenborg établit au contraire (ci-dessus A C 10239 ou A C 9715) que si l'homme de bonne volonté est placé dans les conditions voulues pour être sauvé, le mérite ne lui en revient pas, mais au Seigneur seul, grâce à «l'ordination » (la remise en ordre) des cieux et à la « subjugation » des enfers qui infestaient le mental de l'homme (voir plus loin la note 51 concernant ces deux termes, au début du n° 14 du Cheval Blanc). Bien (8) du Divin Amour (9), c'est parce que les Yeux signifient l'Entendement (10) et le Vrai de la foi (11), nos 2701, 4403 à 4421, 4523 à 4534, 6923, 9051, 10569; et la Flamme de feu, bien de l'amour, nos 934, 4906, 5215, 6314, 6832. Que les diadèmes qui étaient sur sa tête signifient tous les biens et tous vrais de la foi, nos 114, 3858, 6335, 6640, 9863, 9865, 9868, 9873, 9905. Que ayant un Nom écrit que personne ne connaît que Lui-Même signifie que nul autre que le Seigneur et celui à qui Il le révèle ne voit quelle est la Parole dans le Sens interne, c'est parce que le Nom signifie la qualité de la chose, nos 144, 145, 1754, 1896, 2009, 2724, 3006, 3237, 3421, 6674, 9310. Que revêtu d'un vêtement teint de sang signifie la Parole dans la lettre (12) à laquelle il a été fait violence, c'est parce que le vêtement signifie le vrai qui revêt le bien, nos 1073, 2576, 5248, 5319, 5954, 9212, 9216, 9952, 10536; surtout le vrai dans les derniers (13), par con- (8) Le Divin Bien (divinum Bonum) est l'Amour même de Dieu, duquel tout procède et qui est appelé le Père dans la Parole (AC 2803 cité plus haut, ou 3704). De lui découle le Divin Vrai ou Sagesse divine qui trouve son expression dans le Fils. (9) Le Divin Amour (divinus Amor) «Le Divin Amour même est l'amour du Seigneur envers tout le genre humain, qu'il veut sauver, auquel il veut donner les béatitudes et la félicité pour l'éternité... » A C 4735. Ces expressions abstraites, appliquées à Dieu, sont évidemment quasi impossibles à définir dans leur immensité. Là se trouve le mystère de l'Amour infini, de là infinie, de l'envie de créer et de la Vie communiquée à toute la création. Autrement dit, le mystère des trois aspects essentiels sous lesquels Dieu se fait connaître, derrière les mots de Père, Fils et Esprit-Saint. Progressivement, ces trois termes ont été habituellement compris dans un sens beaucoup trop étroit et quasi familial pour le Père et le Fils, à cause de l'évolution du vocabulaire vers sa spécialisation, depuis plus de deux mille ans, en partant de la pensée hébraïque pour aller vers la culture gréco-latine, puis vers la nôtre. (10) L'Entendement (Intellectus) peut être compris selon son sens commun: intelligence, faculté de connaître et de comprendre, et se distingue donc de la volonté: source des émotions, passions, intentions et décisions. Pour Swedenborg, le mental humain est constitué de la volonté et de l'entendement: on pourrait dire aussi, en langage moderne, intentionnalité et discrimination. « L'entendement est le réceptacle du vrai... Seuls ceux qui sont dans le bien et dans le vrai ont une volonté et un entendement, mais ceux qui sont dans le mal et dans le faux n'en ont point; au lieu de la volonté, ils ont la convoitise, et au lieu de l'entendement, la connaissance.» (La Nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste, n° 33). (11) Le Vrai de la Foi (Verum fidei). Il s'agit, en quelque sorte, des vérités spirituel auxquelles l'homme adhère, par amour de la vérité et volonté de vivre selon le vrai et le bien, conformément à ce qui est prescrit dans la Parole. L'homme n'y adhère pas en raison d'une foi aveugle, que Swedenborg appelle persuasive, mais par la «reconnaissance interne du vrai ». Cette ouverture n'est donnée qu'à ceux qui sont dans l'Amour du Seigneur et du prochain (d'après la Doctrine sur la Foi, n° 1 à 13 et la Nouvelle Jérusalem et sa Doctrine Céleste, n° 111). Les yeux sont en correspondance avec cette foi éclairée. Éclairée en ce qu'elle apporte la satisfaction désintéressée de ne pas violenter la raison et de réchauffer le cœur. (12) Dans la lettre (in litera) veut dire: dans le texte littéral de l'Écriture Sainte, le sens littéral, normalement dégagé à la lecture du texte sacré a été déformé. (13) Dans les derniers (in ultimis). Dans le langage philosophique de Swedenborg, où figurent les antérieurs et les postérieurs, les premiers et les derniers, les intérieurs et les extérieurs, les successifs, etc, les derniers s'entendent de l'aspect ou de la conséquence ultime, la plus extérieure, la plus matérielle, on pourrait dire la plus terrestre et la plus pratique. Ainsi de ce qui pénètre en l'homme par ses sens externes. Mais ce terme de derniers n'est pas péjoratif, dans la mesure justement où il y a dans les derniers une illustration et une correspondance de vérités, connaissances ou sentiments éventuellement très élevés. séquent la Parole dans la lettre, nos 5248, 6918, 9158, 9212; et parce que le Sang signifie la violence faite au vrai par le faux, nos 374, 1005, 4735, 5476, 9127. Que les Armées dans les Cieux le suivaient sur des Chevaux Blancs signifient ceux qui sont dans l'entendement de la Parole quant aux intérieurs (14), c'est parce que les Armées signifient ceux qui sont dans les vrais et dans les biens du Ciel et de l'Église, nos 3448, 7236, 7988, 8019; et le Cheval, l'entendement, nos 3217, 5321, 6125, 6400, 6401, 6534, 7024, 8146, 8381; et le blanc, le vrai qui est dans la lumière du Ciel, par conséquent le vrai intérieur, nos 3301, 3993, 4007, 5319. Que vêtues de fin lin blanc et net signifie les mêmes dans le vrai d'après le bien, c'est parce que le fin lin ou l'étoffe de lin signifie le vrai d'origine céleste, c'est-à-dire, le vrai d'après le bien, nos 5319, 9469. Que le Nom écrit sur son vêtement et sur sa cuisse signifie le vrai et le bien et leur qualité, c'est parce que le vêtement signifie le vrai, et le nom la qualité, comme ci-dessus, et que la cuisse signifie le bien de l'amour, nos 3021, 4277, 4280, 9961, 10488. Que Roi des rois et Seigneur des seigneurs, c'est le Seigneur quant au Divin Vrai et quant au Divin Bien; que le Seigneur est appelé Roi d'après le Divin Vrai, nos 3009, 5068, 6148; et qu'il est appelé Seigneur d'après le Divin Bien, nos 4973, 9167, 9194. D'après cela on voit quelle est la Parole dans le Sens spirituel ou interne, et qu'il n'y a en elle aucun mot qui ne signifie quelque spirituel, c'est-à-dire, quelque chose appartenant au Ciel et à l'Église.

;
;
Ce Logiciel de Recherche est une Proprieté de l' Eglise Générale de la Nouvelle Jérusalem de Côte d'Ivoire
01 BP 12161 Abidjan 01, Tel :.  23 46 91 02 Cel :. 05 12 20 92 Site web :  www.egnj.net
Editeur : Grai Thierry , Copyright ©2016 Search Program Version 1.0